Livraison offerte en Mondial Relay dès 35€ HT d'achats de Préparations OPTİ’BİOTE !! Profitez de nos OFFRES SPÉCIALES !!

Le microbiote intestinal, notre deuxième cerveau

Pourquoi s’intéresser à notre microbiote intestinal ? 

Le microbiote intestinal, autrement appelé flore intestinale, est composé de milliards de bactéries variées qui vivent en symbiose avec nous. Il est principalement localisé dans l’intestin grêle et le côlon. Chaque individu héberge une biodiversité constituée d’une grande variété d’espèces dont les 2/3 lui sont spécifiques et 1/3 sont communes.

Aujourd'hui, il n’y a plus de doute sur le rôle essentiel de notre flore intestinale dans le maintien de notre santé, de notre système digestif, immunitaire, métabolique et neurologique. Les avancées des techniques d’analyse métagénomique nous permettent de mieux décrypter les bactéries du microbiote et les maladies associées (appelée dysbiose), telles que la dépression, l’obésité, ou le syndrome du côlon irritable…

Le microbiote en quelques chiffres:

  • 1000 espèces bactériennes
  • 10 milliards de germes /g
  • Un poids d'environ 2,3 kg

L’univers de notre microbiote repose sur un équilibre fragile (appelé eubiose), mis à rude épreuve par notre alimentation. Cet état d'équilibre est acquis dans l' enfance à partir de la flore maternelle et après contact avec l'environnement.

Préserver son équilibre est donc capital! 

Nous sommes nombreux à vouloir le maintenir, mais comment ?

Quelques règles essentielles pour mieux s’alimenter :

  • Pour cela, il faut une bonne hygiène de vie et une alimentation équilibrée.
  • Dans notre assiette on évite les sucres ajoutés les sodas, les confitures, les produits laitiers sucrés… une consommation excessive entraine un déséquilibre de la flore intestinale au profit des bactéries pro inflammatoires.
  • On écarte les produits ultra transformés pauvres en fibres avec des additifs et des sucres ajoutés. Digérés trop rapidement nos bactéries intestinales n' ont pas le temps de se développer.
  • On limite notre consommation de viande rouge favorisant une population bactérienne qui métabolise la triméthylamine potentiellement toxique.
  • On mise sur des produits riches en fibres variées et des produits fermentés riches en souches microbiotiques, comme ceux de la gamme OPTI'BIOTE.