Livraison offerte en Mondial Relay dès 35€ HT d'achats de Préparations OPTİ’BİOTE !! Profitez de nos OFFRES SPÉCIALES !!

Plaisir de manger et santé du microbiote intestinal

Une véritable transition nutritionnelle est en cours qui repose sur une réelle transformation de nos habitudes alimentaires afin de pouvoir nourrir 10 milliards d’individus sur terre d’ici à 2050 et de protéger notre environnement.

Chez Basal Nutrition, nous voulons être un acteur clé de cette « révolution » alimentaire tout en apportant une autre manière de concevoir le choix de nos aliments.

Quels sont les grands enjeux de l'alimentation? 

  • Diviser par 2 sa consommation de viande rouge
  • Doubler sa consommation de fruits et légumes 
  • Limiter la consommation des aliments ultra transformés
  • Réapprendre à manger sainement, diversifier son alimentation, manger bio, local de saison
  • Conserver le plaisir et la convivialité des repas 

Cependant évitons, à trop vouloir bien manger, ce trouble du comportement alimentaire, l’orthorexie, qui se caractérise par cette obsession extrême du « manger sain ».

Notre objectif

Il est, dans un premier temps, le développement de formulations alimentaires riches en fibres et gourmandes ayant un rôle actif en tant que prébiotiques pour favoriser la croissance des bactéries intestinales et maintenir l’équilibre de notre écosystème intestinal.

Très rapidement, il nous est apparu important de créer une action symbiotique, c’est-à-dire ayant un effet de synergie, avec des jus de fruits lactofermentés riches en bactéries lactiques vivantes.

Selon le Docteur Allouche*, notre “FBI, Flore Bactérienne Intestinale, est un marqueur fiable de notre état de santé. Elle annonce, bien avant le déclenchement, les signes irréversibles des maladies; elle est l’organe de détection, de prévention et demain peut-être de traitement”.

Notre motivation chez BASAL NUTRITION

Elle est de poursuivre ce travail de formulation de nos préparations à base de farines et légumineuses riches en fibres et de nos boissons lactofermentées. Cependant cette technologie nécessite de solides connaissances en sciences des aliments, une maîtrise des procédés de fermentation et surtout une approche sans compromis sur les critères de sécurité des aliments, notre savoir-faire.

«  Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger » Molière  (l’Avare acte 3 scène 5),

mais rendons cet aphorisme à Socrate « Ede ut vivas, ne vivas ut edas ».

* Le docteur Réginald Allouche est médecin et ingénieur bio-médical