allergie au pollen équilibre microbiote

Allergie au pollen : nos conseils pour en venir à bout naturellement

Lutter efficacement contre les allergies au pollen passe par un rééquilibrage du système immunitaire, donc du microbiote intestinal, puisqu'ils sont intimement liés ! Certains probiotiques, présents dans la cure OPTI'BIOTE Harmony, pris de manière préventive, ont montré leur efficacité. Découvrez tous nos conseils pour dire adieu à vos allergies au pollen.

En France, 30% des adultes et 20% des enfants seraient allergiques au pollen : cyprès, bouleau, graminées, ambroisie...  Si ce terrain allergique peut apparaitre très tôt chez certains enfants, en général il se développe avec l’âge sous l’influence de différents facteurs. Ainsi, un système immunitaire déséquilibré par la prise trop fréquente d’antibiotiques, par la pollution, le stress ou une alimentation pro-inflammatoire pourra favoriser le développement d’un terrain allergique. Pourtant, ce n’est pas une fatalité. Avec une approche globale (ou intégrative) prenant notamment en compte le microbiote, il est possible d’alléger les symptômes de l’allergie saisonnière voire de les faire disparaitre !

Comprendre les causes de l’allergie au pollen

Un dérèglement du système immunitaire peut se caractériser par une plus grande fragilité du corps et une sensibilité accrue aux virus et microbes. Il peut aussi résulter en une réactivité plus importante à des composés à priori inoffensifs (pollens, poils, acariens, aliments,…). C’est le cas des allergies.

Cela est notamment lié à un déséquilibre au niveau d’une partie des acteurs de l’immunité : les lymphocytes T. Ils se répartissent en plusieurs catégories, dont les lymphocytes Th1 et Th2. Alors que les lymphocytes Th1 sont plutôt spécialisés sur la détection et la lutte contre les virus et les microbes, la lignée Th2 est plutôt spécialisée dans la reconnaissance des allergènes et des moisissures.  On a longtemps cru que c’était la rupture de l’équilibre Th1/Th2 qui était responsable du développement des allergies. Il semble que cela soit plus complexe que cela. Une chose est sûre : en présence des allergènes comme le pollen, les lymphocytes T peuvent venir activer une série de réactions se terminant pas la sécrétion d’anticorps IgE. Ces anticorps libèrent des médiateurs locaux inflammatoires comme l’histamine. Se déclenchent alors des symptômes physiques bien connus : éternuements, irritation des yeux ou production de larmes, rougeurs, gonflement…

Afin de lutter contre les allergies, on comprend alors qu’il est possible d’agir à plusieurs niveaux :

  • Réguler le système immunitaire (et notamment ces lymphocytes T) via la modulation du microbiote, car c’est bien au niveau de l’écosystème intestinal qu’à lieu la spécialisation des lymphocytes – (cf article précédent sur le renforcement de l’immunité)
  • Moduler la réaction inflammatoire
  • Prévenir la libération d’histamine

 

Rééquilibrer son système immunitaire pour dire adieu à l’allergie au pollen

En cas d’allergie, il est indispensable d’agir au niveau du microbiote afin de rétablir, l’équilibre au niveau du système immunitaire. Généralement, un microbiote intestinal équilibré est synonyme d’un système immunitaire équilibré ! Certaines bactéries jouent un rôle plus important que d’autres dans la réponse allergique.  Il a notamment été montré que le microbiote intestinal des enfants atopiques (=présentant des allergies) était moins riche en Bifidobacterium que celui des sujets témoins non allergiques.

Dans une méta-analyse publiée en 2010 et regroupant 7 études cliniques réalisées chez des personnes avec une rhinite allergique, les auteurs ont obser­vé une amélioration de la qualité de vie et une diminution du nombre de rhinites par an dans le groupe prenant des probiotiques comparativement au groupe placebo1.

Vous trouverez notamment des bactéries probiotiques, dont des bifidobactéries, en quantité élevée dans la cure OPTI’BIOTE Harmony.

Réaliser une cure maintenant, avant le début de la période des pollens, permet de rééquilibrer efficacement un microbiote en dysbiose. Cela pourra se traduire par moins de symptômes allergiques.

En revanche, pour renforcer l’effet de cet apport en bonnes bactéries et améliorer votre flore intestinale sur le long terme, il est conseillé de consommer une quantité plus importante d’aliments riches en fibres et notamment riches en prébiotiques ! Vous en trouverez dans :

  • Les céréales complètes ou semi-complètes, et dans les produits en contenant : pain complet, riz complet ou semi-complet, pâtes au petit-épeautre ou au blé complet, sans oublier les mixes pour pâtisseries Basal Nutrition !
  • Les légumes, et plus particulièrement les oignons, les poireaux, les artichauts, l’ail, les asperges, les salsifis
  • Les légumineuses (pois cassés, pois chiches, haricots secs, le lupin,…)
  • La banane verte, la farine de châtaigne, la pomme de terre ou le riz refroidis
  • Les baies rouges, le vin rouge, riches en antioxydants (donc idéalement bio).

Ces prébiotiques servent de ‘nourriture’ aux bactéries probiotiques, ce qui leur permet de s’implanter et potentialise leur action.

Vous trouverez dans notre article précédent, tous les conseils pour prendre soin de votre microbiote.

 

Les plantes et actifs modulant la réponse inflammatoire et la libération d’histamine

Comme vu plus haut, la réponse allergique est fortement liée à une réaction inflammatoire et une sécrétion d’histamine. Agir à ces deux niveaux permet de baisser l’intensité des symptômes de l’allergie. Différents nutriments, aliments et plantes peuvent venir vous aider :

  • La vitamine C: vitamine antioxydante, elle aide à la modulation du système immunitaire et permet d’éviter l’accumulation de l’histamine. On en trouve dans les myrtilles, le cassis, le kiwi, l’orange, les poivrons rouges et jaunes, le persil ou les feuilles de coriandre fraiches (attention, la vitamine C disparait rapidement, donc ne laissez pas vos légumes attendre trop longtemps dans le bac du réfrigérateur !). Vous trouverez notamment du cassis dans la cure Opti’Biote HARMONY.
cassis - cure opti'biote harmony
  • La Quercétine : ce flavonoïde aux vertus anti-inflammatoires permet de diminuer la libération d’histamine par les cellules du système immunitaire. On en trouve notamment dans les baies rouges (cassis, sureau, cranberries, mûres, myrtilles), l’oignon rouge, les câpres, les figues et les pommes rouges avec la peau (donc bio).
  • L’ortie: une étude a montré son effet sur l’inhibition des récepteurs à l’histamine Elle est aussi très riche en vitamine C…mais si vous la consommez en soupe ou déshydratée, cette vitamine aura disparue.
  • Le plantain : il est fréquent dans les jardins ! ramassez-le de préférence au début du printemps pour avoir de jeunes feuilles moins amères. Vous pouvez le préparer en infusion ou en mettre quelques feuilles dans un pesto (voire mettre l’inflorescence dans une salade).
  • L’huile de cumin noir (ou nigelle) : les graines de nigelle ou cumin noir ont aussi un fort pouvoir antihistaminique. C’est surtout l’huile qu’elles contiennent qui a cet effet. Vous pouvez en prendre une cuillère à café par jour, seule ou sur un aliment, ou sous forme de gélules si le goût vous déplait.
  • Le bourgeon de cassis : c’est un incontournable dans la lutte contre les allergies saisonnières et contre l’inflammation en général! En gemmothérapie, prenez 15 gouttes tous les matins à jeun dans un peu d’eau, par cures de 3 semaines.

 

Les bons gestes au quotidien si vous êtes sensibles aux pollens

Si vous êtes sensibles aux pollens, quelques règles d’hygiène méritent d’être appliquées au quotidien pour ne pas surcharger votre organisme de particules allergènes :

  • En rentrant chez vous, pensez à vous changer et à secouer vos vêtements à l’extérieur (voire à les mettre dans le panier à linge pour les laver rapidement). Brossez-vous les cheveux et rincez-vous le visage et les yeux à l’eau claire.
  • Lavez-vous le nez 2-3 fois par jour avec une solution d’eau de mer.
  • Aérez votre logement quotidiennement, plutôt très tôt le matin ou tard le soir quand la teneur en pollen dans l’air est plus faible
  • Lavez-vous les cheveux le soir et pensez à changer souvent la taie d’oreiller

 

Cet article vous a plu ? Sentez-vous libre de le partager !

 

Auteure : Sabrina Marnet-Letellier, Nutrithérapeute & consultante en nutrition-santé – https://naturmove.com

Sources :

  1. Das, R. R., Singh, M. & Shafiq, N. (2010) Probiotics in treatment of allergic rhinitis. Allergy Organ. J 3: 239-244.
  2. Roschek B Jr, Fink RC, McMichael M, Alberte RS. Nettle extract (Urtica dioica) affects key receptors and enzymes associated with allergic rhinitis. Phytother Res. 2009 Jul;23(7):920-6.

Besoin d'aide ?

On vous guide

Un diagnostic rapide, gratuit pour découvrir nos produits les plus adaptés à vos problématiques et besoins.