Livraison offerte en Mondial Relay dès 35€ HT d'achats de Préparations OPTİ’BİOTE !! Profitez de nos OFFRES SPÉCIALES !!

8 causes récurrentes à l'origine des troubles digestifs

Vous avez mal au ventre tous les matins ? Vous redoutez les ballonnements et les crampes qui surviennent après les repas ou vous êtes parfois constipé ? En apparence bénins, ces symptômes sont en réalité des signaux envoyés par votre corps. Même s’ils sont sans gravité, il vaut mieux s’en préoccuper. La première chose à faire est de comprendre leur origine. Les causes des troubles digestifs sont beaucoup plus nombreuses qu’on ne l’imagine. En voici 8, parmi les plus fréquentes.

troubles digestifs causes

Les troubles digestifs : comment se manifestent-ils ?

Il faut distinguer les troubles digestifs dits « fonctionnels » de ceux qui sont liés à une pathologie (un virus, par exemple) ou la lésion d’un organe. Dans le cas des troubles fonctionnels, les examens réalisés par le corps médical ne révèlent aucune anomalie. Mais les douleurs et la gêne sont bien réelles pour les patients ! Les symptômes récurrents sont les crampes abdominales, majorées après les repas, la constipation chronique, qui alterne parfois avec des épisodes de diarrhées et une sensation de ventre gonflé.

Les 8 causes fréquentes des troubles digestifs fonctionnels auxquelles on ne pense pas toujours

Lorsque vous évoquez les maux de ventre qui vous taraudent à votre entourage, celui-ci a tendance à incriminer certaines mauvaises habitudes, comme le grignotage… Mais bien souvent, l’environnement joue un rôle clé dans la survenue des troubles digestifs.

Le stress

De nombreux spécialistes considèrent l’intestin comme notre deuxième cerveau. Non seulement cet organe compte environ 1 milliard de neurones, mais il interagit en permanence avec les fonctions cérébrales. Dans ces conditions, l’on comprend aisément que le stress puisse « dérégler » le système digestif. L’anxiété entraîne une surproduction de cortisol, une hormone qui inhibe temporairement le fonctionnement de nombreux organes… notamment l’intestin. L’exposition récurrente au stress a également des conséquences sur la flore intestinale ou microbiote. La fonction de défense contre les bactéries nocives étant altérée, celles-ci prennent le dessus. C’est la dyspepsie, avec son lot de désagréments : la digestion devient plus difficile et le ventre se gonfle de gaz à l’origine de ballonnements douloureux.

Un dérèglement du microbiote

Si les symptômes des troubles digestifs apparaissent après une prise prolongée d’antibiotiques ou une infection gastro-intestinale, l’appauvrissement de la flore intestinale est certainement en cause. On appelle ce phénomène dysbiose : la destruction des « bonnes bactéries » qui composent le microbiote entraîne son altération. Les conséquences les plus courantes de la dysbiose sont l’inflammation chronique de la paroi intestinale, se traduisant par une diarrhée persistante et des maux de ventre. C’est pour cela qu’il est recommandé de faire une cure de probiotiques de qualité après un traitement susceptible de perturber la flore.

La façon de manger

Vous avez tendance à terminer votre assiette en moins de 5 minutes, montre en main ? Manger trop rapidement peut entraîner une digestion difficile, voire douloureuse. Lorsque les aliments ne sont pas suffisamment mâchés, l’estomac doit fournir plus d’efforts pour les dégrader. Il ne faut pas oublier que la première digestion est mécanique ! De plus, vous risquez d’avaler davantage d’air en mangeant, ce qui peut provoquer gonflements et ballonnements. Dans la mesure du possible, essayez de considérer le repas comme une vraie pause. Prenez le temps de savourer chaque bouchée en vous concentrant sur la nourriture… plutôt que sur votre télévision ou votre écran d’ordinateur.

Une allergie ou une intolérance alimentaire

Des douleurs intestinales qui se répètent au fil des semaines peuvent être le signe d’une intolérance alimentaire. L’une des plus fréquentes est l’intolérance au gluten. Même les personnes qui ne sont pas atteintes par la maladie cœliaque (allergie grave au gluten touchant entre 1 % et 2 % de la population) peuvent avoir une sensibilité aux aliments qui en contiennent. Un bon test consiste à éviter temporairement les produits élaborés à base de gluten en privilégiant des substituts (farine d’épeautre, quinoa, sarrasin, etc.).

Des repas trop riches ou souvent pris à l’extérieur

Aller au restaurant et organiser des repas de famille sont des moments de plaisir et il ne s’agit pas d’y renoncer. Mais une alimentation riche en sucres et en lipides peut accroître des troubles digestifs sous-jacents. Essayez d’alterner les déjeuners à l’extérieur avec des repas sains et légers, de préférence préparés chez vous. Concoctez des menus de fête variés en laissant une large place aux légumes et aux fruits, sans pour autant bannir la gourmandise !

La sédentarité

Vous passez la plupart de vos journées assis derrière un bureau ? Ceci explique peut-être pourquoi vous êtes souvent constipé. Une activité physique modérée peut soutenir l’activité motrice de l’intestin et faciliter le cheminement du bol alimentaire. Certains exercices de yoga sont particulièrement efficaces pour tonifier le ventre et optimiser la digestion, comme la posture apanasana.

Une alimentation pauvre en fibres

Les fibres solubles ou insolubles sont de précieux adjuvants pour équilibrer la fonction digestive. Elles contribuent à lutter contre la constipation et la diarrhée, nourrissent le microbiote, facilitent les mouvements intestinaux et optimisent l’assimilation des nutriments. Les aliments comme le psyllium blond, les graines de lin, les fruits secs, les céréales complètes et les légumineuses (telles que le lupin et les lentilles) sont particulièrement riches en fibres.

Des horaires de repas anarchiques

Bien sûr, il ne s’agit pas de dîner à 20 heures pile tous les soirs ou de se lever aux aurores le week-end pour prendre son petit déjeuner dans les temps. Mais si vous avez tendance à manger un peu n’importe quand ou à grignoter ce qui vous tombe sous la main quelques minutes seulement avant de vous coucher, votre digestion risque fort d’être perturbée !

Bon à savoir : les troubles digestifs peuvent également être le signe d’une maladie plus grave et doivent vous pousser à consulter en cas de douleur intense, fièvre, ou s’ils ont tendance à se prolonger et s’aggraver. Des douleurs intestinales peuvent en réalité émaner d’autres organes, comme les reins. N’hésitez pas à prendre rapidement rendez-vous avec votre médecin si les symptômes persistent.

 

Vous aimeriez en savoir plus sur les causes des troubles digestifs et surtout sur les moyens d’y remédier ? Et si vous partiez à la découverte des bienfaits des fibres alimentaires ?